UPR : l’élection du nouveau Bureau national pourrait être reportée à la suite d’une grave erreur de François Asselineau

  15 Novembre 2017
  6211 vues
5 commentaires">   5 commentaires
UPR : l’élection du nouveau Bureau national pourrait être reportée à la suite d’une grave erreur de François Asselineau

 

François Asselineau
Président fondateur de l'Upr

 

 

 François Asselineau
Président fondateur de l'Upr

 

 
François Asselineau
Président fondateur de l'Upr 
précédé par son dauphin 
Thibaud Lonjon
 
L'UPR et son fondateur risque de traverser une crise à cause de l'élection prévue le 19 novembre 2017.

La date limite pour le dépôt des listes en vu de l'élection d'un nouveau Bureau national pour diriger l'UPR dans les trois prochaines années avait été fixé au 04 novembre 2017.

La difficulté tient dans le fait que François ASSELINEAU a présenté une liste comprenant 29 titulaires et 29 suppléants, alors que les status en vigueur au 04 novembre 2017, prévoient que le Bureau national est composé de 19 personnes.

Il s'agit d'une situation rocambolesque qui n'est pas conforme aux statuts.

En fait, François ASSELINEAU a présenté une liste comprenant 29 titulaires et 29 suppléants, sur le fondement des statuts qui seront peut être votés le 19 novembre prochain.

Cette situation n'est pas légale.

Un haut magistrat, spécialiste des questions électorales, consulté sur cette sombre affaire, a indiqué que dans ce cas de figure, les élections seront automatiquement annulées par le Tribunal de grande instance de PARIS.

Tout le monde se pose la question, comment François ASSELINEAU, qui ne manque pas une occasion de dire et de répéter qu'il connait tous les articles des traités européens et tous les articles de la Constitution, a-t-il pu à ce point méconnaitre les articles des statuts de l'association qu'il a créée (UPR).

+    +    +     +

 Cette affaire risque de se terminer devant la justice.

En effet, Monsieur Patrick RAMIREZ a voulu présenter une liste pour le nouveau Bureau national, mais en a été empêché car François ASSELINEAU a exigé que sa liste comporte 29 titulaires et 29 suppléants, ce qui n'était pas prévu par les statuts en vigueur à la date limite du dépôt des candidature le 04 novembre 2017.

Et surtout, Stépen DE BOER a lui aussi voulu présenter une liste pour le Bureau national pour les années 2017 - 2020, mais a été dissuadé par les exigences de François ASSELINEAU, qui a exigé le 27 septembre 2017, le dépôt d'une liste comportant 29 titulaires et 29 suppléants, ce qui n'était pas conforme aux statuts de l'UPR.

Bref, sauf erreur de notre part, Stéphen DE BOER a demandé à François ASSELINEAU de reporter l'élection du nouveau Bureau national prévu pour le 19 novembre 2017 et menace de tout faire annuler par la justice, si celui-ci passe outre sa demande.

D'après une avocate membre de l'UPR, François ASSELINEAU est furieux et particulièrement contrarié par cette situation anormale et spéciale.
+     +     +     +  

Bref, François ASSELINEAU risque de se retrouver dans l'embarras, car les nouveaux statuts doivent être votés par 3/5 des électeurs, c'est à dire par au moins 18 000 personnes, un résultat quasi impossible à obtenir.

D'après nos informations, François ASSELINEAU aurait décidé de consulter un - Grand avocat - spécialisé dans les questions électorales, mais il n'a pas encore réussi à en trouver un qui soit disponible pour plaider en justice contre ce qu'il appelle maintenant les " Constructifs " c'est à dire une sorte d'opposition interne qui demande sa démission, une opération conduite par un militant qui a été surnommé " passe partout ".


 

Stephen De Boer pourrait saisir le Tribunal de grande instance de Paris pour demander l'annulation des élections du 19 novembre 2017 le scandale ne fait que commencer

Sources :

  • hezediel

    lol tous les mecs qui se sont fait virer se réjouissent de cette petite faute d’organisation…. ça en dit long sur l’état de rancoeur de ces pestiférés… Lamentable !
    Comme si l’UPR avait besoin de ça… c’est vrai qu’avec les 0,92% qu’on a eu à la présidentielle, le mouvement surfe sur une vague qui va tout terrasser…

  • Flavien Rehaut

    Ou quand l’égo prend le dessus sur la cause…

  • Bernard Désamoré

    eh bien FA avec son autocratisme habituel s’est pris les pieds dans le tapis ! il était évident que vouloir changer le mode de scrutin juste avant les élections était non seulement illégal , mais constituait une manoeuvre grossière pour faire taire toute liste concurrente ! quand on dit que l’UPR n’est pas démocrate , eh bien en voilà une preuve de plus , mais qui ne fera pas prendre conscience aux groupes bêlantes que l’UPR est une impasse à cause de la personnalité de son Président !

  • Zellebees

    Une manoeuvre grossière ?
    Le nombre de membres du bureau à évolué à chaque congrès. Les fois précédentes personne ne s’en est offusqué.
    Mais le parti a pris de l’ampleur et donc ça fait tourner des têtes.
    Perso si FA n’est plus président de l’UPR et qu’il crée un nouveau mouvement je le suivrai et ils sont nombreux ceux qui en feront autant.

    Il l’avait expliqué en septembre : ce calendrier perçu comme une « erreur » a été décidé pour des besoins d’ordre économiques (frais d’huissier).

    FA c’est l’UPR et l’UPR c’est FA
    Que vous le vouliez ou pas c’est ainsi.
    Perso, militante de base juste bonne a coller des affiches je ne suivrai personne d’autre.
    Des brêles on en a déjà pléthore au gouvernement !

  • Tom France

    J’aime bien Asselineau, le seul dans la politique actuelle à dire la vérité sur la plupart des sujets. Mais le despote éclairé sensé sauver la France, ce n’est définitivement pas lui. En dehors du manque de charisme évident, il est trop naif sur ce que l’empire lui ferait subir si il venait à prendre le pouvoir.