Selon la Russie, au moyen d’armes de destruction massive, Kiev veut détruire le Donbass

  24 Février 2017
  1362 vues
0 commentaire">   0 commentaire
Selon la Russie, au moyen d’armes de destruction massive, Kiev veut détruire le Donbass

Malgré le cessez-le-feu conclu par le traité de Minsk qui a été signé le 23 décembre dernier, les tirs ont repris depuis environ trois semaines dans le Donbass entre les troupes du gouvernement putschiste de Kiev et les unités de défense de la république populaire ; les attaques sur le Donbass ont même augmenté de manière dramatique.

 

Il y a deux semaines, Maria Sacharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, a condamné les tirs sur Donetsk par l’armée ukrainienne en les qualifiant d’« attaque barbare ». Comme le dévoile un rapport de la commission d’investigation russe, l’armée du gouvernement putschiste ukrainien utilise maintenant des armes de destruction massive contre la population civile dans le Donbass. Le communiqué officiel de la commission d’investigation, publié le lundi 13 février 2017, déclare que les forces armées ukrainiennes ont « utilisé des missiles, qui sont qualifiés d’armes de destruction massive, dans un conflit armé contre la population civile dans le sud-est de l’Ukraine ». Il s’agit là d’une violation massive du droit international de guerre.

 

La commission d’investigation de la fédération russe écrit que les armes en question sont des bombes du type Totschka-U. Celles-ci produisent jusqu’à 14 500 fragments lorsqu’elles explosent et leur portée de diffusion peut atteindre trois hectares. Une version spéciale de la Totschka-U peut même éclater en plus de 15 800 fragments, qui sur une surface ouverte de 3,5 à 7 hectares peuvent potentiellement causer de grands dommages même à des véhicules blindés légers. De telles armes sont maintenant tirées sur la population civile d’Ukraine de l’est qui est sans défense et sans protection.

 

Le journaliste indépendant Sergey Belous qui est présent dans le Donbass en Ukraine de l’est depuis 2004 explique que « l’armée ukrainienne pratique le terrorisme comme méthode de guerre contre la population civile dans l’est du pays ». Belous constate que Kiev provoque délibérément cette montée de violence. En s’appuyant totalement sur le soutien inconditionnel des gouvernements et des médias occidentaux, on a bafoué tous les standards du droit international de guerre et de civilisation, comme l’a exprimé la commission d’investigation russe.

 

Le reporter de guerre Sergey Belous dit à ce sujet :

Homme : « Des armes comme la Totschka-U […] ont été fabriquées pour causer d’énormes dégâts à d’innombrables victimes sur une vaste surface. Elles ont pour but de blesser un maximum de personnes dans la zone visée. Des accords internationaux interdisent l’utilisation d’armes qui ne laissent aucune chance de survie aux parties du conflit et aux civils dans la zone du conflit. L’utilisation aveugle de telles armes signifie l’acceptation consciente des dommages causés à la population et aux infrastructures civiles. »

Femme : D’après lui, l’armée ukrainienne viole le traité de paix de Minsk et la Convention de Genève, qui dit que la vie civile doit également être protégée pendant les temps de guerre. La commission d’investigation russe a conclu que l’usage de telles armes de destruction massive prouve que les autorités de Kiev poursuivent le but d’exterminer totalement la population et les infrastructures dans le sud-est du pays. Selon le reporter de guerre indépendant Sergey Belous, la raison pour cela est évidente.

Il dit : Homme : « Plus de 50 % des gens dans le Donbass ont été déçus par Kiev et se sont tournés vers la Russie. Beaucoup souhaitent une annexion à leur patrie historique. »

Femme : Vu sous cet angle, il semble important de mentionner qu’il est très préoccupant que le 11 février 2017 d’autres appareils de guerre américains ont atteint le port allemand de Bremerhaven. Cette fois-ci, ce n’étaient pas des centaines de chars, mais des hélicoptères de combat contre les prétendues « agressions russes ».

 

L’accumulation énorme de matériel de guerre des Etats-Unis et de l’OTAN à la frontière russe pose inéluctablement la question suivante : Est-ce seulement le Donbass pro-russe qui doit être éliminé, ou toute la fédération russe ? Voyez à ce sujet notre émission du 7 février 2017 en langue allemande « Le Donbass, étincelle qui pourrait enflammer la guerre contre la Russie. 

Sources :