Les terroristes qui ont frappé la France ne se sont pas radicalisés « en ligne »

  28 Août 2015
  4770 vues
0 commentaire">   0 commentaire
Les terroristes qui ont frappé la France ne se sont pas radicalisés « en ligne »

Invité de la matinale de France Inter, mercredi 26 août, le ministre de l’intérieur l’a réaffirmé : « 90 % de ceux qui basculent dans le terrorisme le font sur Internet ». C’est loin d’être la première fois que Bernard Cazeneuve utilise ce chiffre.

 

Comme le rappelle le site NextInpact, le ministre s’est appuyé une bonne douzaine de fois sur cette statistique, principalement pour défendre des mesures de la controversée loi sur le renseignement, adoptée en juin.

 

Un échantillon peu représentatif

 

D’où proviennent ces « 90 % » ? Comme le notait Libération, il est tiré d’un rapport du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (.pdf). Fondé sur des entretiens réalisés avec 160 familles, ce texte repose sur un échantillon statistique peu représentatif.

 

D’une part, parce que le nombre de cas étudiés est limité, et aussi parce que les cas étudiés se font sur la base des proches qui ont contacté un numéro d’aide aux familles de personnes en cours de radicalisation. L’échantillon étudié ne comprend pas, par exemple, de personnes qui se sont radicalisées sans que leurs proches s’en rendent compte, ou de personnes isolées. Il est difficile d’en tirer des conclusions générales sur l’ensemble des personnes qui se tournent vers le terrorisme.

 

Par ailleurs, la présentation de ce seul chiffre est tendancieuse. Comme le montre la même étude, une bonne partie de l’endoctrinement se fait aussi par SMS. Et la rencontre avec un interlocuteur physique est, en dernière étape, le préalable à la quasi-totalité des départs vers la Syrie.