Le gouvernement U.S. embarrassé par la reprise de Palmyre

  29 Mars 2016
  12149 vues
3 commentaires">   3 commentaires
Le gouvernement U.S. embarrassé par la reprise de Palmyre

Le porte-parole du gouvernement américain en grande difficulté face à la reprise de Palmyre par le régime syrien

D’après Russia Insider
Source : https://www.youtube.com/watch?v=55aOsaKU1SY
Traduction Meta TV International, 28 mars 2016

Le 23 mars dernier se tenait comme chaque jour le point presse du Département d’État américain (U.S. Department of State – équivalent du ministère des Affaires étrangères) durant lequel Mark Toner, porte-parole du cabinet, s’est montré extrêmement gêné devant les questions portées sur la reprise de la ville de Palmyre par le gouvernement syrien. Entre rires nerveux et réponses hésitantes, Mark Toner n’aura pas manqué d’exprimer tout le malaise de la diplomatie américaine face à la résistance de l'armée syrienne contre les troupes de l’Etat Islamique. Ce n’est pas la première fois qu’on assiste à de telles maladresses du Département d’État U.S. en matière de communication, mais celle-ci nous rappelle à nouveau les difficultés qu’ont ces intermédiaires du gouvernement à expliquer au commun des mortels des décisions vides de sens et pour le moins confuses. En témoigne le présent exemple : la reprise de Palmyre ne semble pas arranger les affaires américaines, malgré tous les « efforts » déployés pour mettre un terme aux avancées de l’EI. Pourquoi ?

 

Retranscription du point presse quotidien du Département d’État américain – 23 mars 2016

Journaliste #1

- Une petite question sur la Syrie...

Mark Toner, porte-parole adjoint du gouvernement

- La Syrie, oui bien sûr.

Journaliste #1

- Il a été rapporté aujourd'hui que les forces syriennes (les troupes du régime syrien) étaient sur le point de prendre Palmyre. Vous avez des informations à ce sujet ?

Mark Toner

- J'ai vu ces rapports, mais je ne suis pas certain de pouvoir confirmer... Vous voulez parler du contrôle de l'EI... A Palmyre.

Journaliste #1

- Oui

Mark Toner

- Je n'ai pas de mises à jour particulières sur la question...

...

Plus généralement, nous continuons de constater que le régime syrien poursuit ses attaques, ses frappes et ses violations du cessez-le-feu, et nous allons bien sur enquêter sur tout cela grâce au groupe de travail...

Journaliste #2

- Mais il s'agit bien d'attaques contre DAESH tout de même...

Mark Toner

- C'est ce que je disais, je n'ai pas d'information spécifique sur le sujet.
Mais allez-y j'écoute votre question.

Journaliste #2

- Souhaiteriez-vous voir le régime reprendre Palmyre ?
Ou préférez-vous qu'elle reste entre les mains de DAESH ?

Mark Toner (Très embarrassé...)

- C'est vraiment...

...

Ecoutez, je pense que ce que l'on souhaiterait vraiment c'est obtenir des négociations sur le plan politique et voir cette solution politique progresser. C'est une des raisons pour lesquelles le Secrétaire d'Etat est en visite à Moscou aujourd'hui, pour que l'on puisse obtenir la mise en place d'un processus politique, et que l'on puisse soutenir profondément l'arrêt des violences afin d'obtenir un vrai cessez-le-feu. Et ensuite nous...

Journaliste #2

- Vous ne répondez pas à ma question...

Mark Toner (Très embarrassé...)

- Je sais... (rires, ndt)

Mais considérant votre vue d'ensemble... Et ensuite nous pourrons tous mobiliser nos efforts pour contrer DAESH et les déloger.

Journaliste #1

- Je repose la question sous un autre angle. Vous avez déclaré que le combat contre DAESH devait continuer, n'est-ce pas ? Que DAESH devait continuellement être ciblé, ainsi qu'Al Nosra, etc. Nous savons que Palmyre (Tadmur), est occupée par DAESH. Donc dans ce cas, pourquoi cela devrait-il être considéré comme une violation du cessez-le-feu ?

Mark Toner

- Ca ne l'est pas et je n'ai pas forcément voulu exprimer cela. Je parlais de violations que l'on a observé de la part du régime contre des partis de l'opposition qui respectent le cessez-le-feu ou l'arrêt des violences.

Mais au-delà de ça, nous n'avons pas un choix facile entre les deux. Quel est le pire, DAESH ou le régime syrien ? Vous comprenez ? Mais nous pensons toutefois que DAESH est probablement le plus grand mal dans cette affaire.

 

Sources :

  • Fanch de Brie

    American Trou d’balle.

  • Sun Tzu

    Haha ça fait plaisir de les voir chier dans leur calbutte^^

  • Fluviens

    Ces lui le terroriste 🙁