Air France, violences syndicales : quelles réactions ? quelles répliques ? L’éclairage Osons Causer

 
  10 Octobre 2015
  4530 vues
2 commentaires">   2 commentaires
Air France, violences syndicales : quelles réactions ? quelles répliques ? L’éclairage Osons Causer

Des chemises déchirées, des clôtures sautées à la hâte, avouons que la situation n’est pas banale. Cette violence syndicale contre la direction d’Air France a suscité des réactions vives et ulcérées de nos dirigeants, Manuel Valls en tête. Confrontant ces réactions à celles provoquées par les violences des agriculteurs en août dernier, nous nous proposons d’analyser ce qui est construit comme « violent » par notre société. La violence la plus évidente, la violence physique, est l’arme des faibles, des désespérés qui en sont réduits à cette extrémité pour faire valoir leurs intérêts. Les dominants, au contraire, disposent d’une autre arme pour se faire entendre : l’arme du droit. Les possibilités qu’offre le droit sont-elles moins dommageables pour la société que les effusions de violence physique ? Pourquoi le gouvernement réagit-il différemment à la violence des faibles qu’à celle des forts ? Quelles raisons ont conduit les puissants agriculteurs de la FNSEA a employé des méthodes violentes ? Voilà les questions que cette dernière livraison d’Osons Causer se propose de parcourir avec vous.

========================================­=======================

✔ R É S U M É + S O U R C E S : http://goo.gl/mML6MH

========================================­=======================

✔ A B O N N E Z - V O U S : http://goo.gl/pNbHoL

Retrouvez-nous sur
✔ F A C E B O O K : http://goo.gl/KLY7S3
✔ T W I T T E R : http://goo.gl/JVLsoF
✔ S I T E W E B : http://goo.gl/c7SYa4

Sources :

  • Pat Atrak

    « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. […] Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » Jean Jaurès, discours devant la Chambre des députés, séance du 19 juin 1906.

  • Cecil Mevadat

    Le fameux discours de Jaurès interprété à ma sauce, version slam! Ca dure 2 minutes 12! Bonne écoute

    https://www.youtube.com/watch?v=9utL4dflap8